Le 12/05/2018 : Journal : La Nouvelle Révélation

par Laurianne Granier

« PARCE QUE LA VIE EST TELLEMENT PLUS BELLE QUAND ON LA REGARDE AVEC LES YEUX DU CŒUR ! »

Avant de commencer votre lecture, veuillez lire la page sur les connaissances indispensables.

 

Nous sommes samedi et je me lève. Je ne me sens pas bien.

Cette semaine a été très difficile : de nombreuses crises avec Ioan, mon mari, de doutes sur notre relation, sur l’intérêt de continuer ma vie dans une voie où je n’accomplis rien de concret, sur mes Protecteurs qui continuent à mettre tellement d’épreuves sur mon chemin, sur ma vie qui me parait tellement trop compliquée, et même sur ma capacité à rendre mes compagnons à quatre pattes heureux et à être une bonne mère !

J’ai été tellement en colère contre tout, j’ai ressenti tellement d’insécurités que je voulais juste divorcer, aller m’installer dans le sud, prendre un travail « normal » et ne plus jamais entendre parler de Destinée. Tout cela dans le seul but de retrouver une vie simple et facile !

Ce matin, en me levant dans cette humeur morose, je vois que ma chatte à un petit souci.

Bien que j’essaie de l’aider pour résoudre son problème, elle refuse de se laisser faire et s’enfuit sans arrêt !

Et là, c’est la goutte qui fait déborder le vase !

Les vannes s’ouvrent et je me mets à pleurer sans plus pouvoir m’arrêter !

Je me sens tellement inutile ! Je suis incapable d’aider qui que ce soit.

Si je ne peux même pas aider ceux qui vivent avec moi, alors comment aider le monde ?

Une immense tristesse m’envahit.

J’ai vraiment l’impression que ma vie n’a plus aucun sens, que le trou béant que je sens dans mon cœur va m’absorber toute entière et me faire disparaitre.

Si je ne peux pas apporter de l’amour et de la joie dans ce monde, à quoi suis-je donc sensée servir ?

Si ma vie n’a plus aucun but, alors à quoi bon rester ici-bas ?

Le centre était la seule chose qui me permettrait enfin de concrétiser mon action pour les autres et sur le monde. Et attendre encore un an pour le réaliser me semble une éternité.

Je continue de pleurer. Un vide immense se fait sentir en moi.

Je me sens tellement incapable de vivre une vie vide de sens, une vie « normale » et bien rangée, même juste pour quelques mois.

C’est comme si on me demandait de renoncer à ce que je suis, à ce qui fait de moi cette personne qui rêve d’un monde meilleur !

Hier, j’ai vu à la télévision un reportage sur les princes d’Angleterre (en vue du prochain mariage du Prince Harry). Il était question de toutes les belles œuvres humanitaires qu’ils réalisent, de comment ils parviennent à aider les animaux, les vétérans de la guerre et à soutenir plein d’autres causes importantes.

Grâce à ça, ils changent vraiment le monde !

En regardant cela, je les ai enviés !

Tout semble si facile pour eux : ils ont les ressources, les moyens, l’influence, des personnalités sociables et populaires. Tout le monde cède à leur moindre désir, et tout cela juste parce qu’ils sont nés dans la bonne famille.

À côté de ça, je suis là, dans mon petit chez-moi, dans ma petite vie, n’accomplissant rien du tout !

Je descends au salon. Ioan voit que je ne suis pas bien. Il essaie d’en parler avec moi, mais il ne comprend pas vraiment pourquoi je me sens comme ça.

Pour lui, une vie simple et normale serait l’idéal.

Ce que je recherche lui semble être juste une source de complications non nécessaires.

La journée passe, dans cette humeur morose, avec un trop plein de pensées dans la tête.

Je me mets devant la télévision et je regarde un téléfilm romantique.

À un moment de l’histoire, l’héroïne, qui est cheffe cuisinière va aider le patron du restaurant voisin pour cuisiner un beau repas. Les pompiers se sont réunis pour profiter de ce festin et ils sont tellement heureux que la cheffe et le patron se sentent comblés.

Et c’est là qu’une révélation me frappe, le genre de révélations comme j’en ai reçues auparavant.

Ces gens rendent heureux autrui grâce à leur bonne cuisine !

En fait, ce sont les choses les plus élémentaires qui répandent la joie !

Et en réalité, je n’ai pas besoin de faire mon centre pour changer le monde ! Il me suffit de commencer à répandre l’amour et le bonheur autour de moi, d’une manière simple et qui me convient !

Je me rappelle alors de tout ce que je voulais faire avec les gens du centre : donner des ateliers de méditation aux enfants, rendre visite à des enfants hospitalisés, à des enfants handicapés, aider dans des refuges pour animaux…

À ce moment, je me rends compte que je n’ai pas besoin du centre pour faire cela !

Je peux commencer, dès mon arrivée dans le sud, à participer à des associations qui travaillent sur tout cela !

Je peux même créer ma propre association et faire toutes ces choses à ma manière, apportant mon aide à travers les thérapies énergétiques !

Mais sur le moment, je ne me sens pas capable de faire quoi que ce soit et mes insécurités refont pression sur moi.

Le lendemain, je vois un clip de musique qui s’intitule « Une femme seule ». En voyant toutes ces femmes seules qui mènent une vie si dure, je ressens leur tristesse et leur solitude qui m’envahit.

Je pleure à chaudes larmes.

Je me dis qu’il y a tellement de souffrance dans le monde.

C’est pourquoi je dois agir et répandre tout l’amour et la joie que j’ai en moi !

 

< RETOUR AU JOURNAL

< RETOUR AUX CADEAUX DE LUMIÈRE

error: Ce contenu est protégé