Le 28/04/2018 : Journal : La Remise en Question

par Laurianne Granier

« PARCE QUE LA VIE EST TELLEMENT PLUS BELLE QUAND ON LA REGARDE AVEC LES YEUX DU CŒUR ! »

Avant de commencer votre lecture, veuillez lire la page sur les connaissances indispensables.

 

Depuis l’annonce du report de la création du centre pour encore un an, je ne suis pas bien.

Même si l’idée d’aller vivre dans le sud est une idée séduisante, car j’adore la mer et le soleil, j’ai eu de nouveau la sensation qu’on m’arrachait mon rêve au moment où il était enfin sur le point de se concrétiser !

Et c’est alors que j’ai eu l’impression que tous les efforts, tout le travail que j’avais accompli depuis des mois dans cet objectif n’avaient finalement servi à rien !

En réalité, je sais que ce n’est pas le cas.

Je sais que tous ces efforts m’ont permis de progresser de manière incroyable !

Je sais que ma vie s’est complètement transformée grâce à tout ça !

Et je sais également que s’ils souhaitent reporter la création de ce centre, c’est en réalité pour qu’il soit encore plus spectaculaire et abouti dès son ouverture, et qu’ainsi, nous pourrons transformer du tout au tout la vie des gens qui y viendront.

Mais au fond de moi, je me sens tellement triste !

J’étais à deux doigts de pouvoir enfin recréer ce havre de paix, cet unique lieu dans lequel je me sentirai vraiment chez moi, ce petit bout de paradis qui abriterait tout que je ne retrouve que dans les dimensions supérieures !

Et au final, on le repousse encore !

C’est comme si on m’avait retirée d’un seul coup toute source de motivation !

Alors, comment vouloir continuer à avancer et à travailler dans ces conditions ?

Même si je comprends l’intérêt de tout ce que je dois accomplir, c’est comme si je n’y trouvais plus aucune motivation.

J’ai presque envie de demander : « À quoi bon ? ».

C’est sensé aider le monde et l’éclairer.

Je suis sensée guider les gens vers la lumière.

Mais du fait que rien n’aboutit jamais, que tout ce qu’on m’annonce (la reconnaissance, les changements, les réalisations, etc…), depuis maintenant un certain temps, ne vient toujours pas, je commence à douter.

Suis-je vraiment celle que l’on me dit être ?

Suis-je vraiment capable de faire tout ce qu’on attend de moi ?

La création du centre n’a-t-elle pas été reportée parce que je n’étais pas prête ou pas à la hauteur ?

Jamais dans ma vie, je ne m’étais sentie aussi prête à changer la vie des gens et à incarner pleinement cet Être de Lumière qui est en moi !

Et pourtant. Au final, on me dit qu’il faut encore attendre !

Je n’avais aucune attente pour le centre, et je ne voulais pas en avoir.

Je voulais accepter toute opportunité qui me viendrait comme étant la plus belle des opportunités et donner le meilleur de moi-même dans ce projet !

Je voulais embrasser ma Mission de Vie et qui je suis, pour briller de mille feux sur tous ceux qui viendraient à moi !

Mais tout cela n’est finalement plus qu’une illusion, l’illusion d’un rêve qui semble ne jamais vouloir se réaliser !

Et après la tristesse, vient la colère !

Ce sentiment de colère si grand qui me fait me demander comment j’ai pu croire un seul instant que les choses se feraient si rapidement et facilement !

Ma vie n’a été qu’une suite de difficultés et d’épreuves !

Comment ai-je pu croire un instant que cela changerait maintenant !

Je me sens tellement en colère que le plan de départ n’ait pas été maintenu, pour une fois !

Et quand j’entends des choses comme quoi nous resterons maximum un an chez mon grand-père, et qu’un supposé « mécène » nous donnera le lieu idéal pour le centre, je me sens encore plus en colère !

Car je sais mieux que quiconque comment les choses changent vite, et étant donné que des évènements prévus d’un mois sur l’autre changent du tout au tout, imaginez un peu ce que ça donne d’une année sur l’autre !

Si je fais le point, juste pour la dernière année qui vient de s’écouler, voici les changements qui ont eu lieu :

En avril 2017, je travaillais sur l’ouverture d’un centre dans les Pyrénées (sensé s’ouvrir en quelques mois)

Deux mois plus tard, le lieu a changé et j’ai commencé à travailler sur l’ouverture du centre dans le Lot (en passant d’abord par l’étape démarrer les activités à mon domicile, donc ouverture du centre prévu entre six mois et un an).

Un mois après, on me dit que je dois aller vivre au Canada (y travailler, fonder famille, et commencer mes activités progressivement pour aboutir sur l’ouverture du centre dans les trois à cinq ans qui suivent notre arrivée).

Six mois plus tard, je dois finalement rester en France pour une ouverture rapide du centre car les changements s’accélèrent dans l’Univers (je dois trouver le lieu en avril-mai et l’ouverture est prévue en septembre).

Et finalement, quatre mois plus tard, à savoir maintenant, je dois attendre un an de plus.

Donc voilà, j’ai beaucoup de mal à croire que les choses vont se faire comme prévu.

Et je me sens tellement en colère et triste que je ne peux m’empêcher de m’énerver sur Ioan, mon mari, qui fait plein de gaffes à longueur de journée.

Et hier soir, alors que je lui avais plusieurs fois répété de jeter des pièces en bois qu’il avait récupérée à droite à gauche, j’ai découvert qu’il les avait éparpillées partout dans la maison de mes parents, pendant notre séjour chez eux.

Ne souhaitant vraiment pas que mon père me fasse à nouveau des réflexions à ce sujet, je demande à Ioan de tout sortir dans le jardin, en vue de les jeter le lendemain.

De façon très nonchalante, il me dit que ce n’est pas la peine, qu’il parlera à mon père et qu’il n’y aura pas de problème.

J’insiste en lui disant que mon père va encore s’énerver de le voir emmagasiner, une fois de plus, des tonnes de choses dont il ne se sert même pas.

Ioan s’énerve et refuse de le faire.

Je me retrouve donc à tout faire toute seule, alors que je ne rêvais que d’une chose : aller me coucher !

Je suis très en colère et je peste après Ioan.

Je lui en veux beaucoup de me mettre dans une situation aussi inconfortable avec mon père, comme à chaque fois, et surtout de ne pas s’en préoccuper le moins du monde.

Et, alors que j’ai presque fini de tout sortir, je prends quelque chose qu’il a fabriqué à partir de plusieurs pièces en bois.

Et là, je me rends compte de la passion qui l’habite pour le bois, de la grande ardeur qu’il met à ce travail. Et je me sens percée comme en plein cœur par sa grande pureté de cœur (car il souhaitait offrir ça à ma sœur) !

Et, d’un coup, je fonds en larmes.

Je me sens si triste !

Je ne veux plus être en colère, je ne veux plus me battre, je ne veux plus m’inquiéter de tout ça !

Je veux juste être tranquille, je veux juste être en paix et vivre ma vie à fond, en profiter et faire tout ce que j’aime, réaliser tous mes rêves !

Je ne veux plus me compliquer la vie à prendre en compte mon mari, ma famille, les attentes de là-haut, ou des uns et des autres !

Si je m’écoutais, je partirai seule avec mes animaux, et j’irai réaliser mon plus grand rêve : rencontrer des animaux sauvages et vivre en pleine nature, loin des humains. Je voyagerais dans le monde entier en camping-car, et je vivrai d’amour et d’eau fraîche !

Je n’en peux plus d’attendre que ceci soit prêt, ou que ce soit le bon moment pour cela !

Je ne vois même plus l’intérêt du centre, ni de donner des cours, ou toutes ces choses qu’on me demande de faire !

De toute façon, à quoi bon travailler comme je le fais sans relâche pour progresser, pour développer mes capacités et tout le reste si, chaque jour, je continue à devoir me battre avec mon mari qui ne comprend rien, à me débattre dans une vie où nous n’avons pas trois sous devant nous et à attendre que quelque chose se produise enfin !

À quoi bon être capable de faire des miracles si on ne nous donne jamais l’occasion de changer le monde !

Autant ne rien faire !

Autant mener une vie « normale », sans se préoccuper de rien d’autre que des préoccupations terre-à-terre, comme tant de gens le font !

Autant rentrer dans le rang et se contenter d’un rythme métro-boulot-dodo !

Ou plutôt, dans mon cas, autant me retirer du monde et partir m’isoler dans un lieu paisible, loin de tous, jusqu’à la fin de ma vie !

Parce que là, j’ai cette impression pesante d’être une étoile que l’on empêche de briller, à qui l’on dit que le moment n’est pas encore venu, alors que cela fait maintenant des décennies qu’elle n’aspire qu’à ça : briller !

Mais à quoi bon s’acharner ?

Après tout, peut-être que le moment ne viendra jamais !

Peut-être que tout ce que j’ai fait jusqu’à présent, toutes les souffrances par lesquelles je suis passée, tout cela s’est fait en vain !

Et du coup, j’ai juste envie de tout lâcher, et de reprendre le cours de ma vie là où je l’avais laissée il y a quelques années, avant de me lancer dans la spiritualité.

Cela faisait longtemps que je n’avais plus pleuré à cause d’une décision prise par mes Protecteurs.

Et je me rends compte que je ne suis plus sûre de vouloir d’une vie dictée par d’autres.

Car, si je ne vis ma vie que pour satisfaire les autres et donner à tous ce dont ils ont besoin, n’est-ce pas juste une vie vide de tout sens ???

Je fais une pause à la rédaction de ces lignes. Je me rends alors compte qu’écrire tout ça noir sur blanc me fait beaucoup de bien.

Cela me calme et me permet de mieux comprendre ce que je ressens.

Et je comprends à présent que je vais devoir réfléchir à ce que sont vraiment MES priorités dans la vie.

Pas celles de mes Protecteurs là-haut, ni celles du monde, ni celles de ma famille, ni celles de mon mari, ni celles de mes futures associées !

Juste les miennes !

Je pense qu’il est temps que j’arrête de m’égarer en cherchant à accomplir ce que tous attendent de moi et que je commence à faire les choses à ma manière, et que je réalise les grands rêves qui m’habitent, seule s’il le faut !

Je n’ai jamais eu besoin de personne et ce n’est pas maintenant que ça va commencer !

Je vais donc réfléchir sérieusement à ce que je souhaite faire de ma vie, et je vais démarrer MON chemin, celui que j’aurai décidé d’emprunter, celui où je me réaliserai à ma manière, et où, tout en remplissant ma Mission envers le monde, je concrétiserai mes rêves personnels.

J’ai envie à présent d’écrire ma propre Destinée et d’avancer dans le bonheur !

Je les remercie de m’avoir écoutée (car je sais que mes Protecteurs m’ont entendue) et je m’arrête là.

 

< RETOUR AU JOURNAL

< RETOUR AUX CADEAUX DE LUMIÈRE