Le 30/04/2018 : Journal : Mes Rêves

par Laurianne Granier

« PARCE QUE LA VIE EST TELLEMENT PLUS BELLE QUAND ON LA REGARDE AVEC LES YEUX DU CŒUR ! »

Avant de commencer votre lecture, veuillez lire la page sur les connaissances indispensables.

 

En me levant ce matin, je suis d’attaque pour avancer dans mon travail.

Je dois publier mes dernières séances sur internet, et commencer l’auto-publication de mes premiers livres sur Amazon.

Tandis que je commence ma journée, en m’occupant de mes animaux et d’un peu de paperasse urgente, je réfléchis à tout ce qui m’est passé par la tête ces derniers jours.

En y réfléchissant bien, je me rends compte que ces dernières semaines, lorsque je pensais à ce qui m’attendait (la création du centre, donner des cours en voyageant partout, contacter des professionnels pour me faire connaître, etc…), je ne me sentais pas vraiment l’envie de me lancer dans tout ça.

J’avais juste envie de créer le centre à un rythme agréable et de profiter de ma vie aux côtés de mon mari et de mes amies que je formerais au jour-le-jour, et de fonder ma famille.

Mais il est vrai que les voyages, les cours et les autres activités à mener à un rythme effréné ne me motivaient pas vraiment.

C’est alors que je me rends compte qu’en réalité, ils ont répondu à mes demandes.

Mais pour être honnête, la chose que je regrette vraiment, c’est de ne pas pouvoir commencer la création du centre petit à petit.

Car l’idée d’être avec Ioan, mon mari, Muriel et Véronique, deux grandes amies, dans ce lieu pour y construire ce paradis et pour les former au quotidien me plaisait vraiment.

Et le faire à distance ne sera pas pareil.

En comprenant tout ça, je commence à réaliser ce qui me plait vraiment et comment j’aimerais faire les choses par la suite :

– Je ne veux pas donner de cours de mes techniques à proprement parlé.

Faire cela me résulte trop fatigant et ne me parait pas vraiment enrichissant (car répéter sans arrêt les mêmes choses est trop ennuyant, surtout que j’ai conçu mes manuels de cours de façon à ce que tout soit écrit dedans).

Je souhaite donc laisser cela à ceux que j’aurais formés dans ce but.

– Ce qui me plait vraiment, c’est de guider les gens au jour-le-jour, de partager tout ce par quoi je passe au quotidien afin de les faire grandir avec moi.

Car, grâce à ça, j’évoluerai aussi à leur contact, et nous nous élèverons tous ensemble, un peu plus chaque jour.

– Je ne souhaite pas voyager partout juste pour enseigner ce que mes Protecteurs me transmettent à tous ceux qui veulent bien l’entendre et qui, le jour suivant, retourneront à leur vie, sans rien en changer.

Je n’en vois pas l’intérêt ni pour eux, ni pour moi, vu la fatigue occasionnée et l’éloignement d’avec ma famille.

Je veux donc voyager uniquement pour changer radicalement la vie des gens qui viendront aux rencontres que j’organiserai.

Je veux que pour chacune de ces personnes, il y ait un avant et un après ces rencontres avec moi.

Pour cela, je pense à deux types de rencontres :

+ avec des personnes éveillées qui souhaitent changer leur vie du tout au tout.

+ avec des personnes qui vivent dans la souffrance au quotidien, afin de les délivrer de ce fardeau et de faire entrer l’espoir dans leur vie.

J’ai besoin de sentir que les choses changent grâce à ce que je fais, car sinon, je n’en vois pas l’intérêt.

C’est pourquoi, dans cet esprit d’efficacité, je souhaite mettre au point des techniques qui, réunies le temps d’un week-end, donnent un résultat surprenant sur les personnes les pratiquant, transformant leur vie définitivement.

– Et je souhaite faire tout cela en parallèle avec la publication de mes manuels de formation continue sous forme de livres et des livres relatant tout mon parcours spirituel.

– Je souhaite bien sûr aussi créer le centre le plus vite possible.

– Et bien que notre situation financière actuelle qui est très limitée (de par mon travail 100 % bénévole) ne m’inquiète pas car je l’ai complètement acceptée, j’aimerais arrêter de devoir trop me restreindre dans les quelques petits plaisirs que je m’accorde (acheter des livres, sortir de temps en temps…).

De plus, l’arrivée de nos enfants impliquera des frais assez importants.

C’est pourquoi je souhaite me faire payer un minimum pour le travail que j’accomplis, car cela devient trop compliqué.

– Et je ne tiens plus à faire de concessions concernant la réalisation de mes rêves :

Je veux visiter le Japon, je veux faire des retraites spirituelles avec des grands Sages de ce monde, je veux faire des missions dans des centres de sauvetage et sanctuaires pour les animaux en danger dans le monde…

Je veux rencontrer tous ces animaux qui me font tellement rêver depuis que j’ai posé à nouveau le pied sur cette Terre !

Voilà pour la mise au point de la façon dont je me vois réaliser ma Destinée !

À présent, je repense à ce qu’il m’est arrivé à plusieurs reprises ces derniers jours.

J’étais submergée par la colère et je m’énervais sur Ioan, et habituellement quand cela se produit, je ne parviens pas à m’en défaire.

Mais cette fois, les choses furent différentes, car alors que j’étais au plus haut de mon énervement, j’ai capté le contenu du cœur de Ioan.

Et ce fut, d’un seul coup, comme si une flèche m’avait transpercée le cœur.

J’ai alors eu l’impression de ressentir au plus profond de mon cœur toute l’innocence, toute la gentillesse, toute la douceur et toute la pureté du cœur de Ioan.

Et cette sensation d’être connectée directement à lui de cœur à cœur stoppa net ma colère, car je réalisai alors que je ne pouvais pas me sentir en colère après quelqu’un d’aussi pur et d’aussi beau.

S’en suivit alors une grande tristesse, car je me rendis compte que je ne voulais pas être cette personne mauvaise qui semblait prendre possession de moi dans ces moments de colère.

Et cela se produisit trois fois en douze heures, apaisant instantanément ma colère à chaque fois.

En vivant cette expérience, j’ai alors réalisé que je ne voulais plus de la colère, que je ne voulais plus de la tristesse, ni de ce sentiment de devoir me battre envers et contre tout.

Je voulais juste être heureuse, être sereine et être aimante envers tout et envers tous, car c’était la seule manière de l’être envers moi-même.

Et qu’ainsi, en étant cette personne aimante, heureuse et sereine à chaque instant, je prendrais vraiment soin de moi-même, en me nourrissant uniquement de toutes ces belles émotions au quotidien.

Après tout, ne rêve-t-on pas tous que notre enfant grandisse dans l’amour, la joie et la sérénité ?

Alors pourquoi ne pas faire de même pour nous ?

J’ai compris qu’en me nourrissant exclusivement de belles choses, de choses qui m’apportent amour, joie, sérénité et acceptation, et en laissant tout le négatif de côté, je me sens tellement mieux !

Alors, je dois prendre conscience de toute émotion néfaste qui éclot en moi, et plutôt que de la laisser me submerger, je dois l’inonder sous une vague d’amour et de paix.

Dans ce même objectif, je fais aussi en sorte de ne pas m’exposer aux choses extérieures qui nourrissent mes peurs, mes souffrances, ou mes émotions néfastes (l’actualité, films ou séries où la violence est montrée comme étant normale, les mensonges et manipulations de la société, la propagande, etc…).

Il faut savoir s’épargner des souffrances inutiles, en comprenant que nous n’avons pas besoin d’être exposés à tout cela pour vivre bien.

Et c’est ainsi que nous prenons vraiment soin de nous-même et que nous pouvons nous élever !

Je remercie.

 

< RETOUR AU JOURNAL

< RETOUR AUX CADEAUX DE LUMIÈRE

error: Ce contenu est protégé